/ mai 3, 2019

Ce vendredi 26 avril, la CCI Liège-Verviers-Namur nous conviait à une conférence intitulée « Nouvelles générations : mieux les comprendre pour mieux les gérer ». Animée par Mentally Fit, elle a permis de dresser un portrait des jeunes actifs qui rejoindront les entreprises prochainement. Il s’agit bien sûr d’une tendance, dans laquelle tous ne se reconnaîtront peut-être pas ; l’objectif était de comprendre en quoi les générations précédentes et futures diffèrent et comment l’entreprise peut s’y adapter. Quelques constats :

Aujourd’hui, il y a plus de points communs entre un Belge de 25 ans, un Américain de 25 ans et un  Canadien du même âge, qui ne se sont jamais rencontrés et ont des valeurs culturelles différentes, qu’entre un Belge de 25 ans et un Belge de 55 ans !

Nous savons que le digital fait partie intégrante de leur (de notre !) vie, jusque là, rien de neuf ; ce qui change, c’est la relation à l’autorité : auparavant, en cas de question, on s’orientait spontanément vers une personne d’expérience. Aujourd’hui, l’accès à l’information est différent, les réponses sont trouvées en quelques secondes, et on voit là une diminution de la légitimité des compétences face à la popularité offerte par les contenus online. On note aussi une tendance au bonheur, à l’épanouissement : l’objectif de la nouvelle génération est avant tout de s’accomplir. L’entreprise qui accueille ces nouveaux travailleurs devra comprendre leurs besoins de flexibilité, de liberté et de soif d’apprentissage continu, sur le terrain, au sein de la société avec laquelle ils collaborent. Concernant ceux qui occuperont un poste en tant que salarié, leur esprit indépendant invitera l’entreprise à s’orienter vers un management plus délégatif, afin de rencontrer leurs besoins de confiance et d’autonomie. En sachant que près de la moitié de ces jeunes souhaite être entrepreneur, on peut imaginer que l’outsourcing poursuivra sa croissance…

En matières de marketing et de stratégie de communication, pour ces nouveaux consommateurs, l‘éthique et les valeurs sont indispensables. Parmi les propos recueillis lors de l’étude réalisée par le cabinet de stratégie OC&C, une jeune femme de 17 ans déclare que le positionnement éthique de la marque a un impact direct sur l’achat ou non de ses produits par les nouvelles générations. Il y a une tendance croissante à ne porter des marques que si celles-ci sont socialement responsables et en accord avec leurs valeurs.

Les connaitre davantage : « Voilà pourquoi la génération Z est (vraiment) à part », JDN.

 

Changement de vision

geralt / Pixabay

Partager cet article