/ septembre 6, 2020

Le feed-back, les signes de reconnaissance, le feed-forward, correctement utilisés permettent de rester en communication avec l’autre, de garder du lien, et de développer la confiance.

Lorsqu’on donne du feed-back, on montre à l’autre qu’il existe, que nous sommes attentif à lui : à sa personne, à la qualité de son travail. Ne pas en donner est sans doute pire que de formuler un certain nombre de points d’amélioration.

Lorsqu’on reçoit du feed-back, nous savons que nous avons de l’importance pour l’autre, et ce qu’il nous partage nous permet de nous améliorer. C’est une opportunité de grandir, de faire mieux. Faut-il encore le voir ainsi et en faire bon usage.

Le feed-back réciproque, entre un responsable et ses collaborateurs, a cela de riche qu’il donne à chacun la possibilité de s’exprimer, la communication est à double sens et la confiance se renforce. Pratiqué régulièrement, cet exercice permet d’entretenir des relations positives, de développer la cohésion et un véritable esprit d’équipe.

Pour que ces échanges soient constructifs et surtout bienveillants, quelques règles, certes connues, mais toujours bonnes à rappeler 🙂

  • Le feed-back positif sur le comportement (faire) : valorise la personne pour son travail accompli et lui permet de connaitre ses points forts.
  • Le feed-back constructif sur le comportement (faire) : permet de mettre en lumière des points d’amélioration. Accompagné de quelques encouragements, en formulant les bénéfices qui en seront tirés, et ouvrir l’échange à partir de feed-forwards, c’est encore mieux.
  • Le feed-back positif sur la personne (être) : permet à votre collaborateur de se sentir valorisé, respecté et cela alimente la confiance en soi.
  • Le feed-back négatif sur la personne (être) est à bannir. Et, pour celui qui le reçoit, à refuser. Car nous sortons du cadre de la bienveillance et du respect.

Le feed-back peut donc être positif, constructif, donné, reçu… On peut aussi en demander et s’en donner !

Petit truc : planifiez des séances à fréquence régulière et proposez à votre interlocuteur de dresser une liste de thématiques, qui seront passées en revue de session en session afin d’évaluer la progression. Définissez ensemble les indicateurs qui vous permettront de réaliser cette évaluation. C’est un excellent moyen de s’assurer que tout est OK, d’éviter de laisser un point problématique éventuel s’aggraver, ou pire, de le découvrir au terme d’une année…

feedback

Pixabay

Partager cet article